Pas vraiment un blog mais plutôt un aide-mémoire; il m'arrive d'éditer les posts et il n'y a pas de commentaires. Not a real blog but rather a reminder; from time to time I edit old posts and there are no comments (see the en tag for a list of pages in English).

13350705.png

Actualités ci-dessous, pour les autres voir l'index chronologique ou les listes par sujet. Most recent post below, older ones are available via the Index of the list of Tags.

Eh oui une autre liste incroyable : il m'arrive, quoi que moins souvent que je ne le souhaiterais, de lire des livres que je note ici.

  • Pier Paolo Pasolini L'odeur de l'Inde, Gallimard (janvier 2018)

Pour les années antérieures voir la liste complète archivée.

Posted 21 Jan 2018 Tags:

Par la magie d'Internet, en cherchant à acheter le disque (Silence, de Mal Waldron et David Murray), qui a la particularité d'avoir été publié quasiment six ans après le décès de Mal waldron en 2002, je suis tombé sur ce coffret (Mal Waldron, volume 2, CAM Jazz) qui propose, pour un tarif dérisoire, onze disques des labels italiens Soul Note et Black Saint enregistrés par Mal Waldron dans les années 80 et 90 en petites formations. Onze disques dont un de mes disques fétiches de longue date : Sempre Amore, enregistré avec Steve Lacy, sur lequel ils jouent en duo des pièces de Duke Ellington (dont Star-crossed lovers qu'on peut entendre sur un disque de Duke Ellington de 1957 (!) qui fait aussi partie de mes favoris : Such Sweet Thunder. Avec un autre disque de 1986, enregistré cette fois avec le saxophoniste alto Marion Brown (Songs of Love and Regret), Sempre Amore est vraiment un de mes disques (vinyl comme on ne disait pas encore à l'époque) favoris de cette époque.

J'ai en fait un souvenir assez précis de Mal Waldron qui est d'être allé le voir pour la dernière fois au Sunside, rue des Lombards, à Paris, en duo avec Steve Lacy justement, lors d'une série de concerts donnés par ce dernier à l'occasion de son départ de Paris, avant de retourner définitivement vivre aux États-Unis (soirée où je me souviens qu'une distinction avait été remise à Steve Lacy, il semble qu'il s'agisse du grade de commandeur dans l'Ordre des arts et des lettres). J'avoue que je n'avais plus aucune idée de la date de ce concert, en furetant un peu, il s'agirait de juin 2002, et donc parmi les derniers concerts de Mal Waldron qui est décédé en décembre 2002 (Steve Lacy l'a suivi deux ans plus tard).

Si j'avais oublié la date, je me souviens par contre de l'élégance de Mal Waldron (toujours son cigarillo fumant dans le cendrier posé sur le piano, malgré les interdictions de fumer) avec ses beaux cheveux blancs (exactement comme sur la pochette d'After Hours ci-dessous), ainsi que de leur avoir serré la main à la fin du concert (la salle était tellement petite qu'ils saluaient tous les spectateurs en sortant). Serrer la main d'un pianiste qui a accompagné Billie Hollyday sur scène et a composé la musique de l'inoubliable Left Alone n'est pas quelque chose qui s'oublie facilement.

L'occasion de me souvenir de quelques autres très grands disques de Mal Waldron :

Left Alone (1959)

Sempre Amore (1986)

Songs of Love and Regret (1986)

After Hours (1994)

One More Time (2002)

En relisant, j'éprouve un sentiment de tristesse en réalisant que tous les musiciens que l'on peut entendre sur ces disques, outre Mal Waldron lui-même et Steve Lacy, mais aussi Jeanne Lee, Jackie McLean et Marion Brown sont décédés dans les années 2000. On trouve de belles photos de Mal Waldron et Marion Brown ici.

Posted 7 Jan 2018 Tags:

Une salle obscure, pas de popcorn et, souvent, de bons films.

  • Le port de la drogue (Pickup on South Street) de Samuel Fuller (janvier 2018)

Pour les années antérieures voir la liste complète archivée.

Posted 7 Jan 2018 Tags:
Posted 7 Jan 2018 Tags:

Records that I am buying or would (maybe) like to.

  • ELLIOTT SHARP, MARY HALVORSON, MARC RIBOT - Err Guitar (Intakt Records), FLAC (Dec 2017)
  • JOHN ZORN - Valentine's Day (Tzadik), CD (Dec 2017)
  • PRINCE - Purle Rain (Ultimate Edition Collector, Warner Bros.), CD (Dec 2017)
  • THE WAILERS - Burnin' (Deluxe Edition, Island), CD (Dec 2017)
  • JIMMY CLIFF - The Harder They Come (Island), CD (Dec 2017)
  • TYSHAWN SOREY - Verisimilitude (PI Recordings), FLAC (Nov 2017)
  • KING KRULE - The ooz (True Panther), CD (Oct 2017)
  • JLIN - Black Origami (Planet Mu Records), FLAC (Jun 2017)
  • ABRA - BLQ Velvet, FLAC (Jun 2017)
  • ABRA - Rose (Acid Palace Recordings), FLAC (Jun 2017)
  • THUNDERCAT - Drunk (Brainfeeder), CD (May 2017)
  • VALERIE JUNE - The Order Of Time (Concord), CD (May 2017)
  • KENDRICK LAMAR - DAMN. (Interscope), CD (May 2017)
  • SARA SERPA & ANDRÉ MATOS - All The Dreams (Sunnyside Records), FLAC (Apr 2017)
  • MARC RIBOT - Don't Blame Me (DIW), CD (Mar 2017)
  • JOHN ZORN - The Mockingbird (Tzadik), CD (Mar 2017)
  • JOHN ZORN - The Classic Guide To Strategy Vol. 4 (Tzadik), CD (Mar 2017)
  • I AM THREE - Mingus, Mingus, Mingus (Leo Records), CD (Mar 2017)
  • AKI TAKASE, SILKE EBERHARD - Ornette Coleman Anthology (Intakt), 2 CD (Mar 2017)
  • GROUP TITAN - Anatolian Break Dance (Pharaway Sounds), CD (Mar 2017)
  • SHANE PARISH - Undertaker Please Drive Slow (Tzadik), CD (Mar 2017)
  • EUGENE CHADBOURNE - There'll Be No Tears Tonight (Pärächüte), CD (Mar 2017)
  • AKI TAKASE, DAVID MURRAY - Cherry / Sakura (Intakt), CD (Mar 2017)

For the previous years, see the complete archived list.

Posted 28 Dec 2017 Tags:

Vaison la Romaine, août 2017.

Bourdeaux, août 2017.

Stuttgart, octobre 2017.

Nyons, novembre 2017.

Naples, décembre 2017.

Posted 25 Dec 2017 Tags:

Ce matin au café j'ai été surpris d'entendre un classique que je n'avais pas écouté depuis bien longtemps mais qui laisse une impression suffisamment forte pour qu'on ait l'impression de le connaître par coeur; souvenir du temps (lointain) où le Reggae n'était pas encore devenu la plus paresseuse des musiques par un des pionniers dont la rage est encore intacte (en 1972) : The Harder They Come par Jimmy Cliff, bande son du film éponyme. Apparemment le single original comportait en face B Many Rivers To Cross qui rappellera probablement de bons souvenirs à quiconque est allé en soirée dans les années 1980.

Occasion de se souvenir aussi de deux autres sommets du genre, à peu près de la même époque I Shot the Sheriff par Bob Marley (1973) et Funky Kingston de Toots & The Maytals (1973 aussi, qui en le réécoutant me fait un peu penser à un morceau de Fela).

Trois albums qui méritent bien leur page Wikipedia :

Posted 18 Nov 2017 Tags:

L'envie d'en découdre ou peut être l'espoir de constater une certaine progression avec la pratique a fait que j'ai eu envie cet été de mesurer plus précisément mes temps de parcours pour l'ascension du Col de la Chaudière (1047 m). Etant très rétif à l'idée de compétition et un peu méfiant (expérience oblige) vis à vis des risques du vélo il ne me viendrait pas à l'idée de faire ce genre de chose autrement que seul et en montée, là où le risque de collision ou de chute est minimal, étant donné qu'il sera de toute façon impossible de dépasser les 15 km/h.

Le point de référence retenu se situe un tout petit peu avant le village de Bezaudun sur Bine, au niveau du panneau, installé récemment, indiquant que le sommet est exactement à 8 km et qu'on est à 480 m (soit une pente à environ 7% en moyenne jusqu'en haut - en fait, plus faible que cette moyenne sur le premier et les deux derniers kilomètres).

Comme ce panneau se situe légèrement en amont du village (je dirais peut être 200 m) d'où je pense que je mesurais le temps habituellement, je m'attendais à un léger allongement du temps de parcours (de l'ordre d'une minute environ). Je dois dire que de ce côté là j'ai été servi avec des temps en très net recul, ne pouvant pas être attribués à cette simple distance supplémentaire.

dimanche 30 juillet

Vers 11h, 34°C, 48'38''

Sans commentaire; il me reste 3 semaines pour essayer de faire mieux...

samedi 5 août

Vers 18h, 32°C, 43'38'' (avec un temps total de 1:08'36'' depuis Francillon).

Au lendemain d'une ascension du Mont Ventoux, je pense que j'ai mieux compris le temps catastrophique de la semaine dernière : au lieu de partir, sur le premier tiers du parcours, avec un développement que je ne peux manifestement pas tenir sur la durée (39-21), j'ai monté tout du long tranquillement (30-24), ce qui m'a permis d'avoir un bon rythme sur la fin. Même si c'est nettement mieux, ça reste ceci-étant encore un peu en dessous du temps effectué en mai dernier.

lundi 7 août

Vers 17h30, 31°C, 42'41'' (avec un temps total de 1:06'06'' depuis Francillon)

Essentiellement en 30-24, avec quelques parties en 30-21, pour un temps (enfin) légèrement meilleur que celui de mai dernier.

jeudi 17 août

Vers 18h30, 31°C, 44'55'' (avec un temps total de 1:08'30'' depuis Francillon)

Plutôt fatigué, je me suis bien rendu compte en grimpant que mon esprit vaguait un peu trop à gauche et à droite pour que je sois concentré et que je puisse établir un rythme régulier. Seul point positif, comme j'étais du coup assez frais, les deux derniers kilomètres moins pentus ont été parcourus assez rapidement ce qui a permis de limiter les dégâts.

samedi 19 août

Vers 19h, 25°C, 37'58''

Comme j'étais plutôt fatigué, avec un circuit d'approche plus long que d'habitude (1 heure environ) et qu'il y avait de surcroît un peu de vent contre, j'ai bien senti qu'il me fallait un petit remontant pour espérer faire un bon temps. Du coup, j'ai eu un recours à une petite drogue (légale!) dont j'avais déjà pu mesurer la curieuse efficacité auparavant, à savoir d'écouter de la musique (je ne sais pas si celle-là ils l'ont déjà essayé sur le tour...) Je suis monté au son (assez fort) d'un curieux mélange des deux derniers albums de Kendrick Lamar (je me suis rendu compte à cette occasion que mon lecteur de musique joue les morceaux dans un ordre assez imprédictible lorsqu'on lui demande de lire plus d'un album à la fois).

Au final, temps assez incroyable au vu de ce qui précède et nettement meilleur (de 2 à 3 minutes compte tenu du décalage mentionné au début) que ce que je pensais être mon record historique.

Pas de mystère, ce qu'il faut pour faire ça c'est rester tout du long, pour l'essentiel, en 30-24 ou 30-21, selon la pente rencontrée, en ayant toujours l'impression d'être à la limite au niveau respiratoire. Amusant, mais arrivé en haut j'ai bien senti qu'il n'était peut être ni très sain ni très utile de vouloir répliquer ça trop souvent et je pense que je m'arrêterai donc là en ce qui concerne les ascensions chronométrées pour cette année.

Posted 20 Aug 2017 Tags: